Rapport RetailMenot sur l’ecommerce transfontalier

Rapport RetailMenot sur l’ecommerce transfontalier

Principaux enseignements :

  • L’année dernière, près de 18% des ventes en ligne enregistrées en France ont été effectuées sur des sites marchands hébergés dans un autre pays.
  • Le montant des dépenses transfrontalières effectuées par les Français a représenté 7,5 milliards d’euros en 2016 et devrait augmenter de 15.7% cette année
  • En Europe, en moyenne 16,3% du montant des ventes en ligne enregistré par pays, a été dépensé sur un site d’e-commerce étranger.
  • En 2016, les Français ont privilégié la carte de débit pour leurs achats en ligne, mais les dépenses en ligne effectuées via des agrégateurs de paiement et porte-monnaie électronique sont en augmentation

Aujourd’hui, le nouveau rapport de RetailMeNot, éditeur des sites Ma Reduc et Poulpeo, en collaboration avec le Centre for Retail Research (CRR) révèle les résultats d’une étude sur les dépenses transfrontalières en Europe. On constate ainsi que les consommateurs, quel que soit leur pays d’appartenance, ont de plus en plus tendance à acheter en dehors de leurs frontières. En effet, grâce aux efforts renforcés des commerçants pour bien localiser leurs sites en ligne sur les marchés locaux, la plupart des consommateurs n’ont pas forcément conscience qu’ils n’achètent pas « chez-eux ».

Cette tendance à la consommation à l’étranger peut également s’expliquer par différents facteurs, rapportant tous à la compétitivité. De la même manière que sur un marché local, à l’international les acheteurs sont à la recherche des produits au meilleur prix, mais également des services qui les accompagnent (livraison, solutions de paiement, modalités de retour, etc.). Ainsi, si les retailers veulent attirer des consommateurs étrangers, ils auront tout intérêt à proposer différentes méthodes de paiement, des tarifs de livraison abordables pour l’international, des produits peu chers, ou très spécialisés ou représentatifs du pays. Par exemple la France est réputée pour la mode alors que l’Italie le sera pour la maroquinerie. Plus qu’une menace, les échanges transfrontaliers doivent être perçus comme des opportunités pour les commerçants d’étendre leur marché.

 Un pic de consommation à l’étranger, qui profite aussi à la France

Les Français eux, ont dépensé l’équivalent de 7,5 milliards d’euros l’année dernière chez leurs voisins européens. Le montant de ces dépenses transfrontalières est plus élevé chez les Français que chez leurs voisins du Sud. En effet, pendant cette même année, les consommateurs espagnols ont dépensé 1,9 milliards d’euros à l’étranger et les Italiens 1,3 milliards d’euros. En revanche, les dépenses à l’étranger sont moins élevées en France qu’en Allemagne, où les consommateurs ont dépensé plus de 9,1 milliards d’euros sur des sites étrangers en 2016, et qu’en Angleterre qui comptabilise 8,9 milliards d’euros de dépenses transfrontalières sur la même année. Ces dépenses de biens de consommation à l’étranger sont d’ailleurs prévues en hausse pour l’année 2017, quels que soient les pays d’Europe. Ainsi, si les vendeurs sont confrontés à une nouvelle concurrence des marchands internationaux dans leur propre pays, ils ont également la possibilité de toucher de nouvelles cibles en dehors de leur territoire ; les ventes transfrontalières favorisent ainsi une plus grande diversité d’acheteurs.

 

Transactions transfrontalières (uniquement retail)
  Proportion de ventes en ligne globales enregistrées par des vendeurs étrangers Achats Transfrontaliers effectués par des consommateurs résidents Augmentation

des ventes

  2015 2016 2015 2016 2016-2017
UK 12,4% 12,8% 7,67 € 8,91 € 16,2%
Allemagne 14,2% 14,6% 7,50 € 9,12 € 21,6%
France 16,9% 17,6% 6,17 € 7,50 € 21,6%
Espagne 16,8% 16,6% 1,62 € 1,90 € 17,3%
Italie 14,4% 14,7% 1,08 € 1,29 € 19,4%
Pays-Bas 25,5% 25,8% 1,79 € 2,11 € 17,9%
Belgique 34,0% 35,7% 1,64 € 1,98 € 20,7%
Autriche 26,7% 27,4% 1,29 € 1,50 € 16,3%
Suisse 15,6% 19,7% 0,93 € 1,31 € 40,9%
Suède 22,1% 23,6% 1,14 € 1,35 € 18,4%
Pologne 8,2% 8,4% 0,42 € 0,51 € 21,4%
Europe 15,5% 16,3% 31,25 € 37,48 € 19,9%

 

Moyens de paiements de plus en plus digitaux et internationaux.

Un des gros défis pour les e-commerçants qui cherchent à développer leur activité à l’étranger est la différence entre les cultures de paiement propre à chaque pays. Ainsi, en France les moyens de paiement les plus utilisés restent la carte de débit et la carte de crédit (61% des transactions). C’est également le cas au Royaume-Uni (78% des transactions). L’Allemagne et la Pologne procèdent avant tout par virement bancaire (51% des transactions en Allemagne et 45% en Pologne). En fonction des pays en effet, les textes de lois et habitudes de consommation peuvent faire pencher la balance vers une méthode de paiement plutôt qu’une autre. En France, les banques fournisseurs de cartes de crédit sont par exemple obligées de rembourser les dépenses provenant d’achats frauduleux, ce qui rend cette méthode de paiement rassurante aux yeux des usagers.

Cependant, ces dernières années les portefeuilles électroniques et intégrateurs de paiement (type Paypal) sont de plus en plus populaires notamment grâce à leur facilité d’utilisation et praticité. Ces solutions permettent en effet aux usagers d’entrer leurs coordonnées en ligne et de payer en toute simplicité grâce à un simple bouton, et ce, même sur un site e-commerce étranger. Ainsi, ces intégrateurs de paiement et portefeuilles électroniques représentent des parts de plus en plus importantes des transactions :  30% en Italie, 24% en France et 20% au Royaume-Uni.

La croissance du e-commerce s’est accompagnée de la croissance de l’internationalisation des biens de production, des services et des solutions de livraison. Les cyberacheteurs en France comme dans les autres pays européens se sont aujourd’hui habitués à disposer d’une offre de produits vaste mais également d’une grande flexibilité pour comparer les offres, ce qui augmente la nécessité pour les marchands de développer des stratégies de prix et de visibilité afin d’être reconnaissables sur le marché. Aujourd’hui les e-commerçants multiplient les efforts pour bien localiser leurs boutiques en ligne et parfois les consommateurs ne se rendent même pas compte qu’ils achètent auprès d’un marchand situé à l’étranger. D’où l’intérêt pour le commerçant de déployer des offres produit stratégiques telles que le cash-back ou la promotion digitale. Aujourd’hui les services transforment également la manière dont les consommateurs interagissent avec les enseignes qui font de plus en plus d’efforts pour optimiser les moyens de paiement où les modes de livraison. Une stratégie qui peut s’avérer faire la différence pour transformer une visite en acte d’achat ” Anne-Marie Schwab, Directrice Générale de RetailMeNot France.

 

Auteur de l’article : mydigitalweek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *