Quel est le vrai prix d’un site web ?

Shake Event > News > Quel est le vrai prix d’un site web ?

Quel est le vrai prix d’un site web ?

 Par Stanislas Almeida, co-fondateur d’Orson.io

 

Le prix d’un site web peut être multiplié par dix d’une prestation à une autre. Alors qu’ils devraient pouvoir détailler la facture selon un cahier des charges, les prestataires livrent des tarifs sans s’appuyer sur un barème déterminé.

La question que l’on doit alors se poser est la suivante : que se cache-t-il derrière le coût d’un site web ?

Une tarification floue 

Difficile de savoir ce que l’on paie lorsque l’on reçoit la facture de création d’un site internet. En théorie, la facture devrait préciser le prix du temps humain consacré à son développement, ainsi que le prix lié à l’identité technique et graphique.

En pratique, il y a un véritable écart de prix d’un prestataire à l’autre. Comment expliquer cela ? Essentiellement par leur absence de repères en la matière. Pour de très nombreux clients, comme les grands groupes, un prix trop bas peut éveiller le soupçon voire la crainte d’une mauvaise prestation.

90% des sites sont préconstruits

La création d’un site web se décompose en deux temps : celui passé sur le contenant, c’est-à-dire le design, le graphisme, les éléments graphiques, et celui passé sur le contenu, le texte.

Aujourd’hui, la réalité veut que 90% des sites soient conçus sur des contenants déjà existants. Des outils comme WordPress ou Drupal sont fondés sur des templates, des environnements préconstruits sur lesquels le prestataire va ajouter de la personnalité pour créer une identité propre au client. Ces « masques » génériques qui consistent à adapter la disposition des blocs, la couleur ou la typographie à chaque client, ont déjà été vendus des dizaines de milliers de fois sous couvert de sur-mesure.

Si l’appétence des clients se dirige davantage vers le contenant, c’est pourtant dans le contenu qu’il faudrait investir. En effet, c’est le contenu qui va permettre d’être identifié par Google, de toucher la cible, d’être vu et donc : d’être lu.

Ce contenu vient toujours du client. Dans l’absolu, le travail du prestataire ne consiste alors qu’à l’intégrer et à le mettre en forme selon les règles de Google afin qu’il soit aussi bien référencé que possible par le moteur de recherche. C’est donc ces contenus qui, in fine, garantissent la valeur d’un site. Pourtant, l’utilisateur, et surtout le primo-utilisateur, reste encore aujourd’hui convaincu qu’il est plus important d’avoir un beau site qu’un bon contenu.

Un beau site n’est pas un bon site

Un beau site, mal construit, ne sera vu que par des gens qui connaissent déjà l’entreprise. Il existe 1 milliard de sites : aujourd’hui, l’enjeu est le référencement. Cela rend le respect des règles de Google indispensable et nécessite que les propriétaires de ces sites soient autonomes.

Depuis quelques années, des prestataires spécialisés dans le digital ont pris place sur le marché. Connaissant mieux les langages informatiques, les règles spécifiques de la communication digitale et utilisant de manière plus efficace les outils tels que WordPress ou Drupal, ils ont contribué à une forte évolution des tarifs.

En quelques années, le prix de création de site a ainsi été divisé par deux, voire par trois, passant de 10 à 15K€ à quelques milliers d’euros aujourd’hui.

Ils ont alors commencé à diffuser l’idée que les sites étant préconstruits, rien ne justifie des tarifs de création élevés.

Mieux, aujourd’hui, une nouvelle génération d’outils, plus puissants et plus simples, a vocation de permette à chacun d’être autonome.

Le pari de ces plateformes est de recentrer les clients en définissant plus clairement les enjeux de leur site. À l’heure où le trafic d’un site dépend de son référencement, et où ce référencement dépend du contenu qu’il produit, une entreprise va faire la différence sur l’animation de son site, la réactivité, l’information : autant d’éléments qui impliquent plus d’autonomie.

L’émergence du « brand content »

Le coût de la création d’un site web a donc fortement baissé et ce coût continuera à baisser avec l’irruption de nouveaux modèles de distribution tels les modèle SaaS qui visent à mettre à disposition une plate forme de création de site performant contre un loyer mensuel très faible (de l’ordre de 20€).

L’entreprise peut dès lors ré-allouer des budgets pour améliorer l’efficacité de son site.

Rédiger un texte pertinent, produire un contenu qui démarque une information dans l’océan d’Internet (vidéos, infographie, etc), et qui est, en outre, structuré pour être Google-friendly, est devenu l’enjeu essentiel de la création d’un site internet.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *