Beyond the Black Friday

Shake Event > Shake > #shake17 > Beyond the Black Friday

eCOMMERCE 
Comprendre les raisons des pics de consommation derrière les milliards dépensés lors du Black Friday

Cette année encore, les chiffres des éditions du Black Friday et du Cyber Weekend ont encore été largement médiatisés, malgré les alertes augurant d’une certaine morosité pour cette période de grosses promotions.

Selon une étude Fevad/Médiamétrie, cette année, en France, 89% des personnes interrogées avaient l’intention d’acheter lors de ces journées.
Amazon.fr a annoncé les meilleures ventes de son histoire pendant le Black Friday, avec 1,4 millions d’unités commandées, soit 40% de plus qu’en 2015. Les prédictions d’un afflux supérieur aux chiffres de 2015 des consommateurs sur les sites de commerce en ligne, et plus particulièrement via leur smartphone, se sont vérifiées dans une certaine mesure, puisque pour la première fois de l’histoire les recettes du commerce mobile lors du Black Friday ont dépassé le milliard de dollars aux Etats-Unis, à 1,2 milliard de dollars (Mashable, novembre 2016), mais sans atteindre le pic de 25% préalablement annoncé (Retail Week, novembre 2016). Le Black Friday a donc encore de beaux jours devant lui et les consommateurs apprécient le shopping en ligne et sur mobile.

Certes, c’est intéressant mais Qubit, dont la spécialité consiste à comprendre les comportements des clients et à apporter aux marques des solutions pour qu’elles aient une influence sur ces comportements, a décidé d’aller plus loin que les statistiques officielles du Black Friday.
L’expert a ainsi analysé des millions de visites sur la période du Black Friday et du Cyber Weekend. Les données recueillies confirment que le trafic et les taux de conversion ont été multipliés par deux lors du Black Friday, avec des recettes en progression de 400% par rapport au record historique.

Premièrement, Qubit a constaté l’essor d’une base internationale de clients informés, une tendance pressentie lors de son analyse de la Journée des célibataires, Singles’ Day, quand deux fois plus de visiteurs asiatiques avaient fréquenté les sites anglais et américains. Elle s’est confirmée lors du Black Friday et du Cyber Weekend, où les commerçants britanniques ont vu leurs recettes auprès des clients étrangers doubler. Ce n’est pas non plus une coïncidence si les commerçants britanniques ont enregistré les plus fortes augmentations de trafic en provenance d’Irlande et de Chine, pays dont les devises ont profité de la dévaluation de la livre après le Brexit. Les visites de consommateurs chinois et irlandais sont même en plus forte progression que celles des consommateurs britanniques et américains (+216% et +202% respectivement). L’intérêt croissant pour les sites de vente en ligne lors du Black Friday et d’autres journées de bonnes affaires (même si certains chiffres témoignent de l’intensification de la fréquentation des points de vente) fait que le e-commerce auprès de clients étrangers peut s’avérer fort prometteur pour les commerçants au Royaume-Uni. Les marques intéressées trouveront des conseils pour offrir une expérience optimale aux visiteurs étrangers dans le guide Business after Brexit.

Les grandes statistiques cachent souvent le réel impact du Black Friday au point que certains commerçants ont été déçus en découvrant les véritables résultats.
En effet, si les données recueillies confirment que les recettes et les taux de conversion ont progressé lors du week-end du Black Friday, il s’avère que la valeur réelle de chaque commande est à la baisse. Il en ressort que les consommateurs se montrent astucieux dans leurs pratiques de shopping, ciblant opportunément les bonnes affaires et les livraisons gratuites. La progression du mobile contribue à cette nouvelle tendance de shopping sur le pouce, où l’on multiplie les petits achats ponctuels et répétés. Et ce n’est pas près de s’arrêter sachant que PayPal a signalé qu’un tiers des ventes cette année avaient été réalisées sur mobile (VentureBeat, novembre 2016).

Certes, les commerçants enregistrent plus de trafic pendant ces périodes de bonnes affaires, mais pour que la valeur du panier augmente, ils doivent faire davantage d’efforts pour vraiment comprendre leurs clients. Capter l’attention des consommateurs avec des offres ciblées et personnalisées quand ils ont l’intention d’acheter est utile aux commerçants mais, comme cela a été montré dans l’étude Black Friday and beyond, ceux-ci devraient reconsidérer sérieusement leur participation aux dates phares de grande consommation si les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *